Les Leçons du Gratin

Comment gérer l’hypercroissance de son entreprise ? | #Leçon12

Aujourd’hui je suis avec Julie qui est cofondatrice de Nuoo, une nouvelle marque de cosmétique bio qui vient de faire entrer un fond d’investissement à son capital. Vous pourrez retrouver Julie et Nuoo sur IG à @nuoobox et via leur site web sur www.nuoobox.com
 
Julie me pose la question suivante :
« Comment faire concrètement quand on va  quadrupler les effectifs à 1 an et avec des personnes géographiquement séparées ? »
Avec Julie vous l’aurez compris on a parlé recrutement, mais aussi culture d’entreprise, et management.
Beaucoup de jeunes entrepreneurs qui lèvent des fonds oublient l’importance de l’humain et de la cohésion d’une équipe derrière une vision d’entreprise.
1 an plus tard, ils se retrouvent avec des employés qui tirent dans tous les sens. Des clans se constituent au sein même d’une boîte de moins de 10 personnes.
Ce genre d’histoire n’est malheureusement pas rare et finit toujours mal.
En général ce n’est pas de la responsabilité des nouvelles recrues qui ne font qu’exécuter ce qu’on leur demande, mais plutôt des dirigeants qui n’ont pas eu la vista de créer une vraie cohésion d’équipe.
Ainsi mon conseil principal à Julie a été de ne surtout pas se précipiter, et de mettre en place un maximum de points de repères pour que son équipe en grandissant ne se disperse pas.
Crédit photo : @FacebookFrance

(4 commentaires)

  1. Bonjour Pauline,

    Votre podcast est passionnant et donne vraiment envie de se lancer. J’aurais une idée d’intervenant qui pourrait vous intéresser 🙂

    N’hésitez pas à m’envoyer un mail!

    Belle journée,
    Charlotte

  2. Bonjour Pauline
    Tout d’abord je tiens à vous remercier pour tout ce que vous faites, je suis une auditrice assidue du gratin ce qui m’a énormément aidé à créer mon entreprise il y a 1 ans dans des conditions assez particulières.
    A l’inverse de la plupart de vos invités qui commencent jeunes et plein d’énergie avec une compréhension et une aisance dans le monde tentaculaire de la digitale, je suis de la génération des cinquantenaires, cadres supérieures qui se sont retrouvés sur le carreau pcq trop coûteux, et toute sortes de raisons sur lesquelles je ne veux pas m’étendre.
    J’ai donc monté ma boîte avec exactement 200 euros dans ma cuisine, et depuis je suis en flux-tendus et j’en vis. Architecte je suis devenue productrice d’un Energy drink en Suisse qui s’appelle « ventre plat » dont l’image rétro et humoristique séduit immédiatement les acheteurs qui deviennent tout de suite des consommateurs réguliers. Comme vous le dites si bien, je suis allée chercher les clients avec les dents ! mais je n’ai pas assez de dents et là ça stagne car je me trouve à la charnière entre la petite production qui me fait vivoter et qui m’épuise, et la production plus industrielle qui me permettrait de souffler d’engager et de développer.
    Dans quasi toutes les histoires de vos invités il y a certes ce feu sacrée et cette pugnacité qui nous définit tous, c’est la préparation laborieuse du terrain fertile qui doit accueillir ce miracle, ce facteur Chance indispensable pour mener à bien le projet. Et Je dirais plus aujourd’hui que jamais !
    J’avoue que je suis dans la période décourageante, ou mon site recule dans le classement google sans que je puisse comprendre le mécanisme, créer une communauté sur insta résulte « du coup de bol » et d’un temps infini qu’on préfère utiliser à produire de la marchandise sonnante et trébuchante, la créations de vidéos sur youtube ghaaahhhg !!! etc…
    Alors voilà mon succès story est en suspens, démarrée sur les chapeaux de roues … je suis aujourd’hui dans la cote et c’est inquiétant. Que faire ?!!
    Merci Pauline et pardon si j’ai été un peu longue. Mais je pense beaucoup à vous et me demande comment vous analyseriez la situation ?
    Très bonne journée
    Cordialement
    Zelda Ziegelbaum
    Suisse

    1. Bonjour Zelda !
      D’abord bravo pour cette belle aventure. Je suis allée sur le site de Ventre Plat et en effet l’identité est vraiment réussie !

      Il est normal d’avoir des coups de mou, vous avez déjà réussi à aller très loin avec votre projet.

      Parfois quand on bloque il faut simplement se faire aider. Avez-vous songé à vous associer avec une personne qui sera plus « marketing / vente / business » et vous seriez peut-être plus orientée « produit / création » ? C’est une répartition des rôles classiques.

      Personne n’est bon partout, il faut s’en rendre compte, l’accepter… et compenser ! Soit par un associé, ou pourquoi pas des prestataires si vous avez les moyens de vous les offrir.

      Bonne chance pour la suite de votre aventure, et soyez rassurée il est normal après une première période de croissance rapide, d’avoir des plateaux. Etre entrepreneur c’est justement réussir à tenir bon dans les coups durs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.