Articles

Comment trouver sa voie quand rien nous passionne ? | Pauline Laigneau

Pendant très longtemps j’ai cru qu’il y avait deux catégories de personnes en termes de passion.

Ceux qui l’avaient eu en cadeau presque dès leur naissance et ceux qui devaient s’efforcer de la trouver, sans aucune garantie de succès.

Aux premiers on avait offert le fil d’Ariane vers le sens de leur vie et ils n’avaient plus qu’à le suivre, tandis que les autres étaient condamnés à errer dans le labyrinthe de l’existence sans la boussole qu’une passion aurait pu leur procurer.

Comment faire lorsque l’on n’a pas de passion ? Comment la trouver au plus vite ?

Pas de panique les amis ! Je suis passée par là et dans cet article je partage avec vous mes pistes et conseils pour vous sortir du dédale et vivre enfin votre passion au grand jour.

Le mythe de la passion

Je me rappelle d’un de mes meilleurs amis d’enfance qui était passionné par le monde de la mode.

Dès l’âge de huit ans, il savait qu’il voudrait un jour être un grand designer de mode. Il a d’ailleurs atteint son rêve. Il s’appelle Joseph Altuzarra et parmi d’autres distinctions, il a été consacré Designer de l’année en 2014 par la CFDA (Council of Fashion Designers of America, l’équivalent des Oscars dans la mode).

Je l’ai toujours regardé avec envie et fascination ! J’étais frustrée de mon côté de ne pas savoir ce que je voulais faire.

Lui, avait un boulevard devant lui et roulait à vive allure vers ses rêves tandis que moi, je déambulais sans savoir vers où me diriger.

Un jour, tandis que nous discutions, j’eus un cri du cœur. « Joseph, quelle chance tu as d’être passionné par la mode ! C’est si rare de savoir pourquoi l’on est fait. Quel cadeau ! » lui dis-je.

A quoi il me rétorqua une des plus inattendues réponses. « Cette passion est un choix. » me dit-il. Pardon ???

Il m’expliqua alors que oui, il avait toujours su qu’il voulait travailler dans un métier créatif. Mais que devenir designer était tout simplement un choix. 

Un jour, assez jeune, il s’était décidé qu’il allait poursuivre cette voie plutôt qu’une autre et qu’il allait tout faire pour réussir.

En fait, il aurait aussi bien pu devenir artiste ou chorégraphe, mais il se trouve qu’il a arrêté son choix sur la mode et a mis tous ses efforts dans ce domaine.

Cette révélation inattendue a eu l’effet d’une claque. 

J’ai tout à coup réalisé qu’en fait les cartes étaient entre mes mains dès le début.

Et que je n’étais peut-être qu’à un choix près du bonheur.

Oui mais comment choisir ? Que choisir dans ce monde si riche en possibilités ?

 

La curiosité comme guide

Tout d’abord laissez-vous guider par votre curiosité et vos penchants personnels.

Qu’est-ce qui vous attire ?

Qu’est-ce qui vous parle ou vous intrigue ?

Lorsque vous avez identifié un champ de compétences que vous aimeriez conquérir, une potentielle passion, c’est à vous de jouer !

Intéressez-vous au sujet et ne restez pas qu’en surface ! Creusez, creusez encore et voyez ce que vous découvrez.

Il se peut que cela soit la passion de votre vie comme il se peut que cela ne soit juste un hobby passager.

Il se peut qu’un domaine qui, au départ ne vous attirait pas tant que ça se révèle être beaucoup plus intéressant que vous ne le pensiez.

Et à contrario, qu’une passion que vous idéalisiez vous désillusionne.

Je me souviens de l’histoire d’un ami manager dans une grande boîte.

Pendant longtemps il s’était dit qu’il avait raté sa vocation. Il adorait la viande, aimait le manuel et était un fin gourmet. Au fond de lui, il se sentait l’âme d’un boucher.

Il s’imaginait tenir sa boucherie et conseiller ses clients sur les meilleurs morceaux, pour les mets les plus savoureux. 

Un jour il prit enfin son courage à deux mains. Il entreprit de préparer sa reconversion. Il trouva une formation de boucher et négocia le départ de son poste.

A peine une semaine après avoir commencé sa formation de boucher, le verdict était là. Mais pas celui qu’il attendait.

Il n’aimait pas le métier de boucher. Un tas de paramètres qu’il n’aurait pu anticiper sans s’essayer au métier sont venus lui montrer que le job qu’il avait tant idéalisé, ne lui convenait en fait pas.

Cette histoire illustre bien la nécessité de mettre au banc d’essai nos passions. Car tant que l’on ne s’est pas essayé à quelque chose, on ne peut pas vraiment savoir si celle-ci nous convient.

 

Coup de foudre et passion

Je pense que dans notre imaginaire commun, nous avons une vision très romantique de comment l’on doit trouver notre voie.

On s’imagine que la passion doit nous tomber dessus au détour d’une conversation, d’une rencontre ou d’un voyage.

Qu’à ce moment-là nous nous dirons eurêka et que nous nous plongerons ensuite corps et âmes dans ce qui sera désormais notre raison de vivre jusqu’à la fin de nos jours !

En vérité, depuis que je m’intéresse de plus près au sujet, je remarque que le processus pour trouver une passion est beaucoup moins linéaire que nous pourrions le penser.

Une passion se découvre, s’apprivoise, il y a des hauts, il y a des bas et si l’on creuse assez longtemps on en devient passionné.

En ce qui me concerne, j’ai créé Gemmyo un peu par hasard avec mon mari, presque sur un malentendu.

Je ne connaissais rien à la joaillerie au départ, mais je me suis plongée dans le sujet.

Avant d’être une passion c’était une idée de business. D’ailleurs, cela m’inquiétait un peu, je pensais que j’allais finir par me lasser. 

Mais au fil du temps, à force de m’intéresser aux pierres, à leurs secrets, à leurs mystères, à la fabrication et aux enjeux de responsabilité, croyez-le ou non, j’ai fini par en être passionnée. Cela a pris du temps et a nécessité des efforts.

Ce que j’essaie de vous dire là, c’est que selon moi, une passion, ça se cultive.

Alors certes, on peut avoir un coup de foudre pour un domaine d’activité. Encore faut-il que celui-ci résiste aux aléas de la vie, corresponde à l’image que nous nous sommes faits avant de vraiment nous y confronter.

Dans les prochains jours, je partagerai avec vous davantage de ressources afin de vous aider à cheminer vers votre passion.

Aussi, si vous avez déjà trouvé votre passion n’hésitez pas à nous la partager en commentaire, ou pourquoi pas à partager cet article à celles et ceux qu’il pourrait aider ! Je  vous souhaite bonne route vers ce qui vous anime profondément !

A bientôt !

Pauline Laigneau

(2 commentaires)

  1. Merci pour cet article! J’ai hâte de lire la suite. Je me suis prise de passion pour la couture il y a presque 7 ans : un immense terrain d’apprentissage s’est ouvert à moi. Mais que faire de cette passion? Quelle place lui donner? Faut-il nécessairement en faire son métier? Faut-il réduire son activité pro pour faire davantage de place à cette passion dans sa vie perso?

    1. Bonjour Florence, merci pour votre message 🙂 Vos questions sont très intéressantes. Je pense surtout qu’il faut suivre ce qui vous anime vraiment dans un premier temps. Ensuite, je vous conseille de peser le pour et le contre, de réfléchir aux investissements que cela requiert, aux concessions et au potentiel de l’activité. Si c’est vraiment une passion vous trouverez toujours un moyen de vous en sortir et de tout faire pour y arriver. Mais je vous invite à réfléchir aussi si vous souhaitez garder cette activité comme passion à côté de votre travail ou bien si vous êtes prête à y consacrer tout votre temps et votre énergie.
      Je vous invite à regarder cette vidéo, peut-être que cela pourra vous aider : https://www.instagram.com/tv/CPYn5X9qLAS/?utm_source=ig_web_copy_link

      A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Besoin d’un break ? »

La News du Gratin

Mes dernières trouvailles,
à lire en 5 mn top chrono !

E-mail :