Articles

L’Intelligence Emotionnelle : la clé pour mieux gérer son rapport aux autres

Par nature, je suis timide et introvertie.

J’aime écouter et observer, plutôt que parler et me mettre en avant.

À l’école, je n’étais jamais la première à lever la main pour répondre à une question.

J’attendais que l’on vienne m’interroger. Et j’admets que, parfois, j’étais envieuse de ceux qui n’hésitaient pas à se manifester. “Moi aussi, je connais la réponse !”

En grandissant, j’ai eu peur que cette timidité se transforme en difficulté à communiquer et rassembler autour de mes idées. J’ai eu peur que cela freine mes ambitions professionnelles.

Heureusement, je n’ai pas laissé le doute s’emparer de moi et j’ai rapidement compris que cette introversion était en fait une grande force. Elle m’a permis de mieux me comprendre, d’apprendre à gérer mes émotions et de faire preuve d’empathie envers les autres.

Ma timidité m’a aidé à développer les deux composantes principales de ce que l’on appelle l’Intelligence Émotionnelle :

  • La compréhension de mes propres émotions, pour être capable de les reconnaître et de mieux les gérer
  • La compréhension des émotions des autres, pour comprendre ce qu’il se passe dans leur tête et leur corps, pour ainsi y réagir au mieux

Cela m’a permis de réfuter l’idée-reçue qui nous dit que l’introversion est un obstacle à la bonne communication.

En réalité, c’est tout le contraire : l’introversion est un avantage. 

Bien communiquer ne signifie pas inonder l’autre d’arguments et d’idées pour le convaincre coûte que coûte.

Mais plutôt le comprendre profondément et interpréter les émotions qui le gouvernent pour ainsi être capable d’y apporter la bonne réponse.

En bref, faire preuve d’Intelligence Émotionnelle.

Qu’est-ce que l’Intelligence Émotionnelle ?

Le concept d’Intelligence Émotionnelle a été théorisé et étudié de manière scientifique dans les années 1980.

Je vous épargne toutes les références et études académiques, mais si vous souhaitez vous intéresser au sujet, le livre “L’Intelligence Émotionnelle” de Daniel Goleman (1995), est un bon point de départ.

En une ligne, l’Intelligence Émotionnelle désigne la capacité à reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions, tout en composant avec les émotions des autres personnes.

En tant qu’êtres humains, nous traitons les informations qui nous viennent de manière unique, avec un subtil dosage émotionnel propre à chacun.

L’Intelligence Émotionnelle s’intéresse à ce traitement à partir de trois grands axes, qu’elle appelle des modèles mentaux :

  1. Évaluer et exprimer les émotions : les siennes ainsi que celles des autres
  2. Être capable de réguler ses émotions
  3. Savoir utiliser ses émotions pour faciliter les processus cognitifs

Je vous l’accorde, cela peut sembler abstrait comme cela.

Mais si je trouve ce concept aussi fascinant, c’est parce qu’il met fin à la vieille opposition entre logique et émotion. Entre rationnel et irrationnel.

Pendant longtemps, et surtout dans le monde professionnel, les émotions ont été mises sous le tapis, considérant qu’elles n’ont pas leur place dans un environnement sérieux.

Celui ou celle qui laisse paraître des traces d’émotions dans ses paroles est décrédibilisé et jugé trop sensible. Ou instable (et parfois bien pire).

L’Intelligence Émotionnelle nous permet de comprendre que le rationnel et l’émotionnel constituent les deux faces d’une même pièce. Elles se complètent et forment un tout.

Alors plutôt que de les mettre sous le tapis, je vous propose de les accepter, de comprendre leur rôle et leur signification.

Travailler son Intelligence Émotionnelle

Si j’ai écrit cet article, c’est pour vous sensibiliser à ce sujet et essayer de vous donner envie de le creuser davantage.

Le monde professionnel d’aujourd’hui requiert de notre part toujours plus de collaborations et d’interactions avec les autres. Fini le temps où l’on pouvait se cacher dans un bureau et ne parler à personne (même en télétravail).

Désormais, les projets sont collaboratifs et transversaux. On forme des squads et des petites équipes pour être plus agiles.

Plus vous évoluez dans votre entreprise – ou dans le développement de votre entreprise – et plus vous devez interagir avec les autres. Vous vous détachez de la posture d’exécutant pour endosser la casquette du chef de projet ou du manager.

Vous l’avez compris, pour réussir dans ce genre d’environnements, faire preuve d’Intelligence Émotionnelle est essentiel. C’est la clef de voûte qui va vous permettre d’orchestrer toutes les compétences dont vous avez besoin.

À titre personnel, travailler mon IE m’a considérablement aidé à devenir une meilleure entrepreneure et manager.

D’abord parce que cet outil m’a permis de mieux me comprendre et de travailler sur moi :

  • Je possède une plus grande conscience de qui je suis et de mes émotions. Je suis capable de reconnaître mes humeurs et de savoir dans quel genre de situations mon cerveau a tendance à se mettre en mode automatique (pour déclencher de la peur, de l’agressivité, etc.).
  • Grâce à cette conscience, je possède une meilleure maîtrise de moi-même. Je peux réguler mes émotions et les pulsions qui me poussent à réagir d’une manière non-appropriée. Avant d’agir, je peux mettre mon jugement et mes réflexes instinctifs en pause pour ne pas me laisser déborder.
  • Je suis capable de mieux gérer mon niveau de motivation interne. Je comprends quels sont mes moteurs internes et je peux choisir les projets qui répondent à mes critères d’épanouissement profonds. Cela me permet également d’éviter les projets qui me poussent vers une recherche de récompenses externes (le statut, le prestige, l’argent, etc.) et qui ne me rendent pas heureuse.

Ensuite, développer mon Intelligence Émotionnelle m’a permis d’être meilleure dans mon rapport aux autres :

  • Je peux faire preuve d’une grande empathie. La compréhension de mes propres émotions m’a permis de mieux détecter et comprendre celles des autres. Je suis capable de me mettre à leur place, de voir la situation avec leur point de vue et d’apporter une réponse qui prend en compte ce qu’elles ressentent. J’estime d’ailleurs que l’empathie est une compétence essentielle dans le cadre d’une démarche commerciale.
  • Je suis pleinement présente lorsque j’interagis avec les autres. Je considère qu’accorder 100% de son attention à l’autre est une marque de respect, qui n’est malheureusement pas toujours respectée par tout le monde. Alors je veille à bien concentrer mon attention sur la situation et les personnes impliquées.

L’objectif de ce travail sur mon Intelligence Émotionnelle est de parvenir à créer un environnement de travail propice à la bonne collaboration.

Mon rôle n’est pas de brider mes collaborateurs et de les faire rentrer dans mon moule, mais de leur laisser la place suffisante pour s’exprimer. Je fais attention à ce que chacun soit écouté et entendu.

Bien sûr, je suis loin d’être parfaite. Maîtriser ses émotions est le travail d’une vie entière !

Mais j’essaie de devenir meilleure chaque jour dans cette quête passionnante.

D’ailleurs, cela ne s’applique pas uniquement à mes relations professionnelles, mais aussi à mes interactions avec mon mari. Nous nous disputons très peu et tâchons de toujours régler nos débuts de conflits en bonne intelligence. 🙂

Par où commencer ?

J’aimerais terminer cet article en vous disant que le niveau d’Intelligence Émotionnelle dont nous disposons n’est pas fixe.

Si vous avez le sentiment de parfois perdre le contrôle ou de vous laisser submerger par vos émotions, rien n’est perdu !

À la différence du Quotient Intellectuel (QI), l’Intelligence Émotionnelle peut se travailler et s’améliorer avec le temps. Super nouvelle n’est-ce pas ? 🙂

Si vous souhaitez commencer à vous perfectionner dans ce domaine, je vous recommande de commencer par ce test d’Intelligence Émotionnelle (qui va vous prendre quelques minutes).

Le point de départ de tout apprentissage est la conscience de son niveau de départ.

Alors c’est parti ! Et quel que soit le résultat, n’oubliez pas : vous aurez toute la vie pour vous améliorer 🙂

(2 commentaires)

  1. Bonjour,
    Directrice Régionale dans l’univers du Retail, la découverte du livre de Daniel Goleman a été une révélation pour moi. Dans un monde où tout va toujours plus vite (trop ?), il est plus que nécessaire de déjà prendre conscience de l’importance de l’IE pour ensuite prendre le temps de la travailler. Ce qui n’est forcément pas simple … mais tellement gratifiant quand on devient un meilleur manager pour ses équipes !

Répondre à Chargrasse Marine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Besoin d’un break ? »

La News du Gratin

Mes dernières trouvailles,
à lire en 5 mn top chrono !

E-mail :